Barbara vous livre ses 7 petits bonheurs printaniers en Ardèche Secrète

Publié le 18 avril 2019

par Mélissa

personne(s) aime(nt)

Aujourd’hui, je vais vous livrer quelques secrets : le printemps est ma saison favorite pour me ressourcer en Ardèche secrète. Loin du tumulte des grandes villes, je m’offre une parenthèse le temps d’un week-end. Voici ma recette confidentielle :

Flâner au marché d’Aubenas

Je profite de la fraîcheur matinale pour prendre mon panier et faire le plein de bons produits du terroir ! Les producteurs sont ravis d’échanger quelques mots et raconter l’authenticité de leur métier, et leur sourire amplifie ma bonne humeur. J’imagine mille recettes avec les légumes de saison, et note précieusement l’accord met-vin proposé par un petit vigneron.

Sortir des sentier battus

Chaussures : check, eau : check, casse croute : check… En route pour l’aventure ! Je me lance sur un sentier balisé et je me laisse couper le souffle par le panorama sur montagnes et vallées verdoyantes qui fleurissent paisiblement. Je m’enivre des essences fraîches qui embaument les bois et je me réjouis de nommer certaines plantes que je reconnais. J’immortalise la balade par quelques clichés. Plus bas, je repère la Volane qui scintille doucement au soleil et qui m’incite à la rencontrer. J’ose ? Un sentier semble m’inviter aussi. Pas de panneau de propriété privée, alors je me lance !

Buller sur les rochers

Je descends et j’arrive au bord de l’eau limpide et fraîche. Je profite de cette pause pour y tremper le bout de mes pieds et savourer le calme qui m’entoure. Les yeux mi-clos je laisse aller mes pensées au rythme du clapotis de l’eau et des chants des oiseaux. Le gargouillis de mon ventre se joint bientôt à cette douce symphonie et je décide de pique niquer dans ce petit havre merveilleux. Je sors pain et fromage, saucisson et couteau, et j’accroche une paire des premières cerises de l’année à mon oreille avant de croquer dans un radis en guise d’entrée. Après une courte sieste digestive, je décide de reprendre la route pour rejoindre le village d’Antraïgues.

Se perdre dans les ruelles en vieilles pierres

L’Ardèche compte de nombreux villages de caractère, leur âme médiévale nous murmure son histoire au détour de chaque ruelle. J’aime déambuler,  me perdre presque volontairement en délaissant carte et gps (de toute façon j’ai éteint mon smartphone pour la journée) pour laisser vieilles pierres et rues pavées m’étonner à chaque croisement. À Antraïgues, un projet artistique a dissimulé 100 visages dans les pierres des ruelles, l’an dernier mes petits comme moi-même nous sommes beaucoup amusés à les dénicher, et j’en repère quelques uns que nous avions manqué.

C’est sereine et épuisée que je rejoins mon hébergement en imaginant déjà les tirages de mes photos qui orneront le mur de mon salon.

Se dépasser

Les frissons ressentis la veille du haut des sommets m’ont donné envie de monter encore plus haut. J’entends parler mon voisin de chambre d’un site de canyoning, et pourquoi pas ? En arrivant je me ravise : l’eau n’était pas un peu fraîche pour une baignade ? Le guide me rassure : la combinaison préservera ma chaleur. J’hurle de bonheur et de surprise lors de l’impressionnante descente en tyrolienne et mon rire résonne entre les falaises. J’atterris près des coulées basaltiques et je me jette littéralement à l’eau ! (Et c’est vrai, je n’ai pas froid du tout !). Je saute de cascades en bassins et je me régale des anecdotes et précisions sur la faune et la flore données par le guide.

S’imprégner d’histoire

En retournant vers Vals-les-Bains, j‘ai encore le cœur qui bat la chamade et un sourire flotte sur mes lèvres. En grande gourmande que je suis, je pense déjà à mon dîner et je pars trouver un guide des restaurants à l’Office de Tourisme. A travers les fenêtres qui donnent sur la rue je suis intriguée : « Maison Champanhet » indique l’affichage. L’aperçu  de l’extérieur pique ma curiosité : allons-y ! Je suis instantanément transportée dans le temps. J’apprends de multiples secrets au sujet du thermalisme, de l’industrie de la soie, et je découvre des outils et savoir-faire aujourd’hui disparus. Je reste muette devant l’incroyable volonté des paysans ardéchois d’hier qui ont façonné leur paysage parfois rude, et leur amour pour leurs traditions me touche profondément.

Se faire plaisir

Je fais un petit détour par le belvédère du château de Vals-les-Bains et je me laisse impressionner par le superbe point de vue sur le village où se mêlent toits ancestraux, étroits escaliers médiévaux,  et au loin je vois le Casino et des bâtisses plus modernes qui entourent un grand parc arboré. C’est par là que je me dirige, j’ai repéré plusieurs noms de restaurants dans le quartier thermal et il y a l’embarras du choix.  C’est caressée par les rayons du soleil dorés que j’arrive près d’une charmante terrasse à la carte inspirante. Je me fais installer, je choisis de goûter à quelques spécialités locales revisitées par le Chef, et je savoure, terminant ma merveilleuse parenthèse en Ardèche secrète par un fondant aux châtaignes.

Avis des clients

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*