Rencontre avec « le rugissant », l’Alambic de Pascal Harder

Publié le 22 octobre 2021

par Bertrand

personne(s) aime(nt)

Le Rugissant est né en 1935 à Saint Rambert d’Albon dans la Drôme. A l’époque, c’était la Rolls Royce des Alambics ambulants. Cette « vielle dame », Pascal Harder lui a offert une nouvelle jeunesse. Elle aurait sans doute mal vécue d’être reléguée au rang d’objet témoin dans les collections d’un musée. Le Rugissant a rejoint la distillerie Helvia, au Domaine du Bosquet à Saint-Didier-sous-Aubenas. Après un long et minutieux travaille de restauration, Pascal lui réserve désormais une place de choix, compagnon d’une nouvelle vie professionnelle.

©Mélissa Crus

Dès notre arrivée, l’on perçoit rapidement que ces deux là entretiennent une relation intime, d’une intensité rare. Afféré depuis 6h du matin, Pascal nous reçoit, Mélissa et moi, au moment même où le processus de distillation atteint le « flot continu ». Son accueil est chaleureux, ses paroles sont sans secrets, ni mystères. Il révèle l’ensemble du procédé.

©Mélissa Crus

La visite est un véritable cheminement gustatif et sensoriel. Je plonge littéralement la tête dans un tonneau de fruits d’où émane une agréable senteur d’éthanol. Non, je ne suis pas fou. Pascal m’explique que cette sensation olfactive déclenche dans le cerveau humain une réaction primaire, associée à un sentiment de bien-être. Je finis malgré tout par sortir ma tête du tonneau. La visite ne fait que commencer et elle se terminera une heure plus tard, tout en finesse, par la dégustation en cave de spiritueux au goût divin. Personnellement, j’ai enfin compris le véritable sens du mot affinage.

©Mélissa Crus

Au départ, tout paraît simple. Il faut de l’eau, du bois de récup’ et des fruits non commercialisables. La valorisation de ces faux déchets est une évidence pour Pascal et sa famille. Mais que l’on ne s’y trompe pas : derrière cette apparente simplicité, apparait en toile de fond, la maitrise d’une multitude de gestes, de techniques, de savoirs et savoir-faire. En l’écoutant, l’on comprend que le Rugissant est intégré à un ensemble cohérent, à une micro-ferme, à la fois moderne et hors du temps.

©Mélissa Crus

Avec une pointe de malice dans les yeux, Pascal évoque la simplicité du procédé, mais l’on saisit vite en l’observant que les secrets sont ailleurs. Tout son corps est en éveil. Il touche la machine, vérifie la pression, les températures, les niveaux, règle les vannes, note les degrés et le temps passé, surveille et alimente le feu. Il observe intensément, vérifie le résultat, hume les odeurs. C’est impressionnant. Je suis presque sûr que les battements du cœur de Pascal sont réglés, sur le tempo du ronflement de son Alambic.

©Mélissa Crus

Vous voulez vérifier pas vous-mêmes ? Contactez l’Office de tourisme au 04 75 89 02 03.

 

Avis des clients

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*